Archive for category Nouvelles web

Google Analytics accroît sa flexibilité, sa puissance et son intelligence

Google a annoncé l’ajout d’une série de nouvelles fonctionnalités à Google Analytics d’ici les prochaines semaines. Elles visent à rendre le service gratuit d’analyse de sites Web plus puissant, plus intelligent et plus flexible, ce qui permet d’adapter l’outil de Google aux besoins de chacun.

Des fonctions de manipulation et d’analyse ont été ajoutées à Google Analytics. Deux nouveaux types d’objectifs permettent de mesurer le niveau de participation des utilisateurs et le succès d’un site Web: le «Temps sur le site» et les «Pages par visite». Plus de 20 objectifs peuvent être déterminés par profil. Ce vidéo vous fournit tous les détails.

Dorénavant, Google Analytics permet d’analyser le trafic sur les sites et les applications pour mobiles, depuis n’importe quel dispositif connecté à Internet qui prend en charge ou non le JavaScript. Google publiera un code à ajouter aux serveurs des sites mobiles et indique que l’entreprise prend en charge le PHP, Perl, JSP et ASPX.

Aussi, trois fonctionnalités permettent d’analyser les données sans avoir à les exporter sur des feuilles de calcul, comme la fonction d’analyse avancée des tableaux. Les dimensions secondaires, annoncées en début d’année, affichent le revenu généré en fonction de la ville et des mots-clés utilisés. Les dimensions pivotantes facilitent l’observation par source, des revenus de chaque moteur de recherche.

Des fonctionnalités ont été améliorées pour optimiser la personnalisation et l’adaptation des outils de Google Analytics par les entreprises. Les variables personnalisables permettent maintenant de définir et de suivre les visiteurs en fonction de divers attributs d’utilisateur, de session ou de page.

Finalement, Google a intégré un moteur d’intelligence algorithmique à Google Analytics. Nommé Analytics Intelligence, il permet de suivre les changements d’habitudes de visite du site (par jour, par semaine ou par mois) grâce à un système d’alertes automatiques. Ces alertes sont personnalisables. Elles sont transmises par courriel ou sont retrouvées sur l’interface de Google Analytics. Ce vidéo vous en explique le fonctionnement.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Microsoft Security Essentials: téléchargez l’antivirus gratuit

Microsoft, Microsoft Security Essentials, antivirus gratuit.jpgLa version définitive de Security Essentials, la solution de sécurité gratuite de Microsoft contre les virus, les logiciels espions et autres logiciels malveillants, est disponible au téléchargement dès aujourd’hui.

Microsoft Security Essentials consiste en un scanneur joint à un module résident de détection de virus et de divers logiciels malveillants. Puisque le logiciel antivirus de Microsoft est gratuit, l’internaute ne doit pas s’attendre à y retrouver des fonctionnalités avancées.

Le logiciel antivirus, dont l’interface a été épurée au maximum, intègre un onglet spécialement dédié aux mises à jour, un autre présentant l’historique et un dernier consacré aux réglages. L’utilisateur ne pourra pas manquer une alerte de sécurité ou une nouveauté. Le logiciel de Microsoft utilise un code de couleurs (vert-jaune-rouge) pour les signaler au moment approprié.

Auparavant nommé Morro, la version bêta de Microsoft Security Essentials n’avait été rendue disponible récemment que pour une sélection de testeurs. Maintenant, c’est au tour du grand public de bénéficier de ce logiciel gratuit. Microsoft précise que son logiciel est destiné aux internautes qui souhaitent atteindre un minimum de protection en temps réel contre les menaces de sécurité informatique.

Le logiciel antivirus gratuit Microsoft Security Essentials est compatible avec Windows XP (Service Pack 2 et 3), Vista et Windows 7, respectivement de 32 et de 64 bits. Cependant, l’antivirus ne sera pas intégré automatiquement à Windows 7, il reste téléchargeable de façon séparée.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Firefox s’assurera que Flash soit à jour

Alors que 80% des internautes utilisent une version de Flash qui n’est pas à jour, s’exposant ainsi à plusieurs attaques, Mozilla souhaite les en avertir.

En effet, à compter des versions 3.5.3 et 3.0.14, la page d’accueil affichée lors du premier lancement indiquera que «Firefox est à jour, mais que la version actuelle de Flash peut causer des problèmes de sécurité et de stabilité,» le cas échéant.

Mozilla travaillera de concert avec d’autres fabricants d’extensions pour offrir des fonctionnalités similaires.

Rappelons que l’utilisation d’anciennes versions de logiciels représente un risque majeur. Flash est d’ailleurs problématique à cause de la lenteur de son cycle de mise à jour; des failles jugées critiques à la mi-juillet ont attendu deux semaines avant d’être corrigées. De plus, une version vulnérable de Flash a été distribuée avec la plus récente mouture de Mac OS.

(source: Mozilla)

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Un instantané sur les habitudes des Québécois dans l’Internet

recherche internet.jpg

La firme montréalaise Skooiz, spécialisée en positionnement et en référencement sur le web, vient de publier son étude sur les habitudes des Québécois concernant leur utilisation d’Internet et des moteurs de recherche. D’après le sondage, leur comportement aurait peu changé depuis 2008, mais les québécois seraient de plus en plus exigeants et critiques lorsqu’ils effectuent des recherches dans le web. En ce qui concerne la fréquence d’utilisation du web, 82% des répondants québécois y vont quotidiennement, 16% plusieurs fois par semaine et moins de 1%, une fois par mois.

D’après le sondage, 50% des internautes (les femmes étant les plus nombreuses) utiliseraient principalement l’Internet pour le courrier électronique; la moitié de ces répondants préférant Hotmail. Plus de 30% des répondants viseraient plutôt la recherche d’informations; les hommes s’y adonnant davantage que les femmes. Viennent ensuite 7% d’utilisation pour le travail, 3% pour la musique et 1% dans le but d’acheter des marchandises.

Le moteur de recherche privilégié par les internautes serait de loin Google avec 80% (dont 60% à Google.ca, contre 30% qui optent pour la version américaine .com). Ensuite se placent Live Search (MSN Sympatico) et Yahoo aux deuxième et troisième rangs et la Toile du Québec prendrait la quatrième place. Le top cinq des sites d’information seraient Google à 23%, puis MSN Sympatico, Météomédia, Canoë et Radio-Canada.

Pour le divertissement, le portail MSN Sympatico plafonnerait à 20% et se fait talonner de près par Facebook et Youtube, à 19% de popularité chacun.

Cette troisième étude annuelle a été réalisée en mai; plus de 7 200 membres du site Toutacoup, une filiale de Skooiz, y ont participé.

(Source: Skooiz)

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Moteurs de recherche: Bing poursuit sa croissance

binh.jpgLancé début juin, le moteur de recherche de Microsoft Bing a réussi à augmenter ses parts de marché dans le domaine des moteurs de recherche. Le successeur de LiveSearch reste malgré tout bon dernier, derrière ses concurrents Google et Yahoo!.

D’après la firme de recherche américaine ComScore , 11,3% des recherches auraient été effectuées avec Bing pendant la semaine de travail qui s’étendait du 1er au 5 juin, semaine au cours de laquelle le moteur de recherche a été lancé. Ce pourcentage a ensuite augmenté à 12,1% la semaine suivante (8 au 12 juin). Une augmentation totale de 3%, donc, si nous comparons ce taux à celui obtenu par son prédécesseur LiveSearch (9,1%) la semaine précédant le lancement de Bing.

Même si la mise en ligne de Bing a permis une légère augmentation des parts de marché de Microsoft – augmentation qui a lentement poursuivi sa progression une fois l’engouement qu’on pourrait interpréter comme étant liée au lancement d’un nouveau produit passé – le nouveau venu reste tout de même loin derrière Google (65% des parts de marché en mai 2009, selon ComScore) et Yahoo (20,1%).

Il faudra toutefois attendre quelques semaines pour avoir un portrait clair et précis de l’impact de Bing sur ses concurrents. ComScore précise effectivement que l’étude comparative complète identifiant les parts de marché de Bing, Yahoo! et Google sera publiée le mois prochain.

Steve Ballmer fait d’ailleurs preuve de prudence devant ces résultats. Lors d’une conférence qui se tenait à Détroit, le chef de la direction de Microsoft a déclaré: «Nous avons eu une très bonne réponse. Je ne veux pas susciter trop d’attentes. Nous devrons faire preuve de ténacité et que nous gardions notre cap sur l’innovation pendant une longue période de temps.»

En attendant les prochaines données de ComScore, une question reste tout de même en suspens: est-ce que Google doit avoir peur? PCWorld s’est penché sur la question en se tournant vers une autre firme d’analyse de trafic Web, Compete. En entrevue, le directeur des médias en ligne et de la recherche de la compagnie, Jeremy Crane, a précisé qu’il est encore trop tôt pour parler de migration des utilisateurs d’un produit vers l’autre. «Ce que nous avons vu, c’est essentiellement une augmentation du nombre d’utilisateurs de l’outil de recherche de Microsoft», a-t-il mentionné. À ce jour, rien n’indique une tendance tangible selon laquelle les utilisateurs auraient délaissé Google ou Yahoo au profit de Bing.

Même que selon les données cumulées par Compete, Google aurait lui aussi connu une légère augmentation au cours des dernières semaines. «Nous interprétons ces chiffres en lançant l’hypothèse que les gens essaient Bing», a ajouté Crane. «Ils n’auraient pas abandonné leur moteur de recherche habituel mais utiliseraient Bing en simultanée.»

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Télécharger Internet Explorer 8 de Microsoft pour lutter contre la faim

IE8-Download_240x108.jpg

À chaque fois qu’un internaute téléchargera au complet Windows Internet Explorer 8 sur le site de Browser for the Better (traduction libre: un navigateur pour le meilleur), Microsoft s’engage à fournir en argent, l’équivalent de huit repas pour lutter contre la faim aux États-Unis. La campagne a commencé le 10 juin et se terminera le 8 août 2009. Chaque téléchargement est gratuit et correspond à un don de Microsoft de 1,15 $US (1,26 $CAN). D’après son communiqué, Microsoft versera l’argent aux 206 banques alimentaires de l’association Feeding America durant la période estivale. Cette initiative vise entre autre à combler un besoin chez plus de 17 millions d’enfants qui ont accès à une aide alimentaire via des repas gratuits (ou à prix réduits) durant la période scolaire.

La campagne contre la malnutrition contribuerait, selon la présidente de Feeding America Vicki B. Escarra, à sensibiliser les gens à cette cause en plus de leur fournir un moyen concret pour aider leur voisins sans avoir à verser un sous de leur poche.

Le geste caritatif s’accompagne néanmoins d’une opération commerciale. Microsoft fera la promotion des caractéristiques d’Internet Explorer 8 sous forme de «vidéos virales». Le comédien Dean Cain (télévision) et Bobcat Goldthwait y contribueront.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Première version bêta d’Opera 10

operabrowser2.jpgOpera dévoile cette semaine la première version bêta de son nouveau navigateur Internet, Opera 10.

Selon ce qu’affirme l’entreprise norvégienne, la nouvelle mouture d’Opera serait jusqu’à 40% plus rapide qu’Opera 9.x lorsque les internautes accèdent à des sites Internet comportant beaucoup de données.

Opera souligne aussi que la gestion des onglets de son navigateur a été substantiellement améliorée. Par exemple, en glissant le pointeur de la souris sous les onglets, le navigateur présentera des vignettes des différents sites Internet ouverts.

Comme dans les autres navigateurs Internet, il sera également possible pour les utilisateurs d’Opera d’accroître la taille de leur outil de recherche afin de voir l’ensemble des mots clés qu’ils y ont entrés.

Rappelons qu’Opera est le troisième navigateur Internet le plus utilisé par les internautes, mais qu’il est encore loin derrière Internet Explorer et Firefox. Selon StatCounter, 4% du trafic Internet enregistré est fait avec Opera, contre 30% pour Firefox et 60% pour Internet Explorer.

La version mobile d’Opera, destinée principalement aux téléphones cellulaires, est cependant beaucoup plus populaire, étant le navigateur Internet le plus utilisé dans cette catégorie.

Pour essayer la version bêta d’Opera 10, cliquez ici.

(Source: Reuters)

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Google Wave : un nouvel outil de communication

Google annonce une nouvelle manière de communiquer. Jeudi 28 mai, au cours de la conférence Google I/O, les frères danois Lars et Jens Rasmussen (déjà pères de Google Maps) présentaient le développement d’un nouvel outil: Google Wave. Véritable mélange d’e-mail, messagerie instantanée, et espace collaboratif, après 2 ans de travail, cet outil sera disponible en fin d’année.

Une seule interface propose des services tels que Wiki, Facebook, messagerie instantanée, Twitter, service de messagerie,etc. Il s’agit d’un espace partagé entre plusieurs utilisateurs, en temps réel. Chacun intervient pour y publier son agenda, de la musique, des documents, etc… Les utilisateurs peuvent communiquer en temps réel, ou encore commenter la publication faite par les autres utilisateurs.

Une des fonctionnalités nouvelles est le suivi de travaux en temps réel: lorsqu’un utilisateur rédige un texte, il est possible aux autres utilisateurs de visualiser en temps réel, caractère par caractère, le texte saisi. Chacun peut donc voir les corrections, suppressions. A tout moment, un interlocuteur peut participer à la conversation qui a lieu, y intégrer des pièces jointes, etc… Autre fonctionnalité: la traduction automatique. Ceci permettra à des personnes d’origines différentes de travailler sur un même fichier sans avoir de souci de compréhension.

Wave a été conçu pour fonctionner sur une large gamme de navigateurs (Chrome, Safari, Firefox, etc…). Enfin, c’est un outil open source développé au format HTML 5, ce qui permettra aux utilisateurs de s’approprier l’outil, et de proposer eux-mêmes d’autres fonctionnalités.

Video de présentation ici:

http://wave.google.com/

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Envie de copier/coller un peu de «Google» dans votre site web?

C’est ce que propose Google Web Elements, une nouveauté annoncée par Google aujourd’hui, et grâce à laquelle les programmeurs pourront intégrer facilement certains gadgets logiciels (widgets) des produits Google à leurs sites Web.

«C’est tellement facile que vous aurez l’impression d’être en train de tricher. [...] Aussi simple qu’un copier/coller», souligne la société dans son blogue.

Chaque élément a été pensé pour que les développeurs puissent commencer à les intégrer rapidement, sans se casser la tête avec trop de détails techniques. Selon Google, il suffit de se rendre sur la page de Google Web Elements, de choisir le ou les gadget(s) logiciel(s) désiré(s) et de les personnaliser pour qu’ils s’intègrent à la page Web. Les blogues Google Code et Custom Search offrent quelques exemples.

À ce jour, Google Web Elements, regroupe entre autres un calendrier (Google Calendar), un outil de conversation (Google Friend Connect), la recherche personnalisée (Google Custom Search), les cartes géographiques (Google Maps), les nouvelles (Google News), les outils d’intégration de présentations et tableurs (Google Docs) et les nouvelles YouTube (Google YouTube News).

Google précise que d’autres produits devraient bientôt être ajoutés aux huit actuellement disponibles sur Google Web Elements.

(Source: Blogue Google)

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Microsoft: vers un nouveau moteur de recherche, Kumo

Depuis quelques jours Microsoft teste en interne un nouveau moteur de recherche appelé Kumo (nuage ou araignée en japonais). Le nom de domaine Kumo.com déposé par l’éditeur de Redmond, n’est accessible qu’au sein de l’entreprise pour la phase de test. Il n’est pas établi que cette appellation devienne le nouveau nom du moteur en remplacement de Windows Live Search

Les nouveautés de kumo

Kumo offre de nouvelles fonctionnalités par rapport aux moteurs existants. Les résultats de recherche sont classés en différents thèmes en fonction des pays, de la langue, avec une pondération différente du classement. D’autres outils d’aide à la recherche, ainsi que des volets de prévisualisation proposeront à l’internaute des axes de recherche originaux.

Kumo se présente sous la forme d’une page Web en trois-colonnes avec les résultats de recherche dans la colonne du milieu, un choix de critères et l’historique dans la colonne de gauche. Il a été conçu pour «faciliter l’expérience des utilisateurs d’Internet, dans des tâches spécifiques et pas seulement pour effectuer des requêtes» explique Satya Nadella, vice-présidente de l’activité Recherche de Microsoft en constatant qu’actuellement «40% des requêtes restent sans réponse et 46% des sessions de recherche durent plus de 20 minutes».

La durée de la phase de test n’a pas été divulguée. L’annonce de son nouveau moteur par Microsoft est à rapprocher de la stratégie d’offre de partenariat avec Yahoo visant à contrer la suprématie de Google. En effet, le moteur Live Search est loin derrière Google qui dépasse les 70% des parts du marché aux Etats-Unis et les 80% en France. Microsoft qui occupe actuellement la troisième place espère se repositionner. Pour l’éditeur de Redmond c’est vu comme un point stratégique car l’activité « moteur de recherche » génère une part importante des revenus de la publicité en ligne, grâce aux liens commerciaux proposés aux internautes avec les résultats de recherche.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Nouveautés pour Google: l’entreprise mise sur la précision et la pertinence

google.jpgGoogle a annoncé mardi trois améliorations qui seront bientôt apportées à son moteur de recherche. Ces fonctionnalités permettront entre autres de préciser et d’approfondir davantage les recherches.

Avec ces nouveautés, Google dit vouloir répondre plus efficacement aux demandes des utilisateurs, qui gagnent en complexité et en exigence avec les années. L’entreprise a concentré ses efforts afin de mieux comprendre les différentes informations – à la fois nombreuses et hétéroclites – qui se trouvent sur la toile. Ils croient ainsi pouvoir offrir un produit qui présente des informations pertinentes et pointues à ses utilisateurs.

La première nouveauté, appelée Google Search Options (Options de recherche Google), permettra à l’utilisateur de filtrer ses recherches en ne conservant, entre autres, que les résultats récents (ceux des sept derniers jours, par exemple) ou encore en déterminant le type de résultats désirés (uniquement les contenus issus de forums de discussions ou les critiques de produits, etc.) Cette fonctionnalité permettra également de changer l’aspect visuel de l’affichage des résultats. En y incorporant des images, par exemple.

Avec sa deuxième nouveauté, Google affirme vouloir aider l’utilisateur à rapidement identifier le résultat qui répond le mieux à son besoin. En langage «Google», les informations associées à chacun des résultats pour le décrire s’appellent snippets («petits bouts», «bribes» ou «fragments» en français). Dorénavant, certaines recherches pourront donc retourner des «fragments enrichis» (Rich snippets.

Par exemple, explique Google, si vous désirez essayer un nouveau restaurant et recherchez des informations à son sujet, l’utilisation des «fragments enrichis» permettrait d’obtenir des informations comme sa cote moyenne d’appréciation, le nombre de commentaires émis à son sujet ou encore le montant moyen que vous devrez débourser pour y manger.

Pour arriver à afficher ces informations, Google dit espérer la collaboration des sites Web qui devront organiser le code de leur page pour en faciliter l’extraction.

Peu d’information a été divulguée sur la troisième nouveauté, baptisée «Google Squarred», sinon que l’information pourrait être présentée sous forme de tableur. «Cette fonctionnalité aborde la recherche dans une perspective beaucoup plus large et entièrement nouvelle», explique-t-on sur le blogue de la compagnie. «Nous avons réalisé que si vous ne pouvez trouver rapidement l’information recherchée et/ou désirée, c’est notre problème et non le vôtre. Et c’est un problème qui laisse beaucoup de place pour l’innovation. Restez branché…» .

«Google Squarred» sera offert dans les laboratoires Google (Google Labs) au cours des prochaines semaines.

(Source: Blogue de Google)

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Nouvelle baisse de popularité pour Internet Explorer

En avril, la part de marché d’Internet Explorer perdait 0,7 point pour atteindre un nouveau creux, à 66,1%.

Si la tendance se maintient, précisent les analystes de Net Applications, qui a compilé les données, la part de marché du navigateur de Microsoft devrait passer sous la barre des 50% d’ici deux ans.

Alors qu’on aurait cru que le lancement d’Internet Explorer 8, qui offre un meilleur support des standards que les versions précédentes, permettrait de gagner quelques points, au contraire; en mars, 2,2% des internautes utilisaient Internet Explorer 8, mais ceux qui ont quitté les versions 6 et 7 du navigateur ont fait respectivement perdre à Internet Explorer 0,8 et 2 points. L’installation de la version la plus récente via les mises à jour automatiques pourrait avoir favorisé le déclin de la version 7.

Firefox, le principal concurrent d’Internet Explorer, a quant à lui gagné 0,4 points par mois dans les douze derniers mois. À ce rythme, il devrait franchir la barre des 25% en novembre prochain. Chrome, le navigateur de Google, a pour sa part connu sa plus grande hausse depuis décembre, aidé par d’importants efforts de promotion.

Les données de Net Applications sont obtenues par le monitoring d’un peu plus de 40 000 sites Web.

(source: PC World, Net Applications)

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Efficacité des mises à jour: Safari et Opera derrière Firefox et Chrome

safariapple.jpgLes systèmes de mises à jour des navigateurs Internet Safari (Apple) et Opera seraient moins efficaces que ceux des logiciels Firefox (Mozilla) et Chrome (Google), révèle une nouvelle étude.

Selon les auteurs de l’étude, Stefan Frei (Institut fédéral suisse de technologie) et Thomas Dübendorfer (Google Suisse), seulement 53% des utilisateurs de la version 3.x de Safari avaient mis leur logiciel à jour trois semaines après la publication d’un correctif.

Du côté de Opera, le logiciel vérifie les mises à jour disponibles chaque semaine. Or, les internautes qui les téléchargent sont invités à réinstaller le logiciel complètement pour chaque mise à jour. Trois semaines après la publication d’un correctif, seulement 24% des utilisateurs de Opera 9.x l’avaient installé. Mentionnons cependant que la dixième version du logiciel, qui sortira sous peu, comportera un système de mises à jour automatiques plus élaboré.

Chez Mozilla, le système automatique de Firefox s’avère très efficace: trois semaines après la publication d’un correctif, 85% des utilisateurs l’avaient téléchargé. Rappelons que Firefox propose aux utilisateurs d’installer la mise à jour la plus récente lorsque ceux-ci ouvrent leur logiciel. Une fois la mise à jour installée, Firefox redémarre ensuite automatiquement.

Selon les deux chercheurs, c’est cependant le logiciel de Google, Chrome, qui serait le plus efficace. Chrome utilise un système de mise à jour «silencieux», qui télécharge le correctif automatiquement durant l’utilisation et qui l’installe lors du redémarrage du logiciel. Trois semaines après la publication d’un correctif, 97% des internautes l’avaient installé.

Afin de colliger ces données, les deux chercheurs ont analysé les statistiques de fréquentation du moteur de recherche de Google, qui permettent notamment de savoir quelle version d’un logiciel les internautes utilisent.

Les chercheurs n’ont toutefois pas analysé la rapidité d’installation des mises à jour d’Internet Explorer, car le logiciel de Microsoft ne dévoile pas sa version pour des raisons sécuritaires.

Source : branchez-vous.com

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

1 Comment

Firefox 3.5 disponible en version bêta

La fondation Mozilla a lancé aujourd’hui une version bêta de son futur navigateur Firefox 3.5. Tel qu’annoncé précédemment, le logiciel offre notamment un mode de navigation privée, la «géolocalisation» et une amélioration de ses performances.

Firefox 3.5 bêta 4 est en fait le logiciel Firefox 3.1 bêta 4, que Mozilla avait décidé de renommer le mois dernier pour mieux représenter les nombreuses améliorations apportées à son navigateur Web.

Une des nouvelles fonctions attendues est la navigation privée, qui permet de consulter des sites Web sans laisser de traces sur son ordinateur. Cette fonction est déjà offerte avec Chrome et Safari 4, mais les différentes options sont plus variées avec Firefox.

Une autre nouveauté de Firefox 3.5 est la «géolocalisation», qui permet au navigateur d’informer un site Web de sa localisation géographique. Si cette dernière option est activée, un utilisateur qui veut par exemple obtenir un itinéraire n’aura pas à entrer son lieu d’origine, et quelqu’un qui chercher par exemple «pizza» dans un moteur de recherche obtiendra directement les pizzerias de son quartier.

Parmi les autres nouveautés, notons des améliorations aux moteurs TraceMonkey et Gecko, ainsi que le support pour les éléments HTML5 «audio» et «vidéo».

Firefox 3.5 bêta 4 peut être téléchargé pour Windows, Mac OS X et Linux directement sur le site Web de Mozilla.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

La croissance de Google ralentit considérablement

googleLes revenus du premier trimestre de Google ont progressé à leur plus faible rythme depuis que le leader des recherches sur Internet s’est inscrit en bourse, il y a près de cinq ans.

Google a malgré tout dégagé un bénéfice en hausse grâce à des mesures de réduction de coûts, incluant une réduction de son effectif.

Le bénéfice du plus récent trimestre a ainsi atteint 1,42G$US, soit 4,49$ par action, ce qui représente une hausse de neuf pour cent par rapport à celui de 1,31G$US, ou 4,12$ l’action, pour la même période l’an dernier.

Si ce n’était des coûts liés à la rémunération par actions des employés, le bénéfice par action de Google aurait atteint 5,16$, ce qui est supérieur aux attentes moyennes de 4,93$US des analystes sondés par Thomson Reuters.

L’action de Google prenait 20,26$US, soit plus de 5%, dans les échanges suivant la fermeture officielle de la Bourse, pendant laquelle elle avait clôturé à 388,74$US.

Les revenus de Google se sont chiffrés à 5,5G$US, soit 6% de plus qu’à la même période l’an dernier. C’est la première fois que l’entreprise affiche une croissance de moins de 10% à ce chapitre.

Google, qui dépend largement de ses revenus publicitaires, est confrontée au fait que les compagnies resserrent leurs budgets de marketing en raison du pire ralentissement économique en près de 30 ans.

Source:

techno-header-cyberactualites

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Et si la recherche Google était encore plus rapide?

googleUne recherche Google encore plus rapide que ce que nous connaissons actuellement? Difficile à imaginer… Pourtant, il semble que ce soit ce vers quoi nous nous dirigeons à très court terme!

Selon le site CNet, c’est le genre de détails qui ne devrait intéresser, à prime abord, que les plus chevronnés et les plus geek d’entre nous: Google essaie présentement une nouvelle façon de présenter ses résultats de recherche, qui serait appuyée par des technologies telles que JavaScript et Ajax plutôt que de n’utiliser que le conventionnel HTML. C’est ce qu’aurait expliqué le porte-parole de Google, rapporte CNet.

Traduction? En utilisant ces deux technologies conjointement, quelques millisecondes peuvent être gagnées dans l’affichage des résultats puisque seuls les résultats (et non l’ensemble de la page) pourront être actualisés (donc chargés) lors de nouvelles recherches.

Millisecondes, donc? Peut-être. Mais Google affirme avoir découvert que le temps sauvé lors de l’affichage des résultats de recherche s’avère être la conséquence d’une augmentation du nombre de recherches. Et qui dit «plus de recherches» dit «plus d’exposition aux publicités», bien sûr!

Et comme le mentionne CNet, en tenant compte du fait que Google utilise entre 700 et 1000 serveurs pour répondre à chacune des requêtes, un petit coup de pouce en matière de vitesse côté fureteur, c’est une belle «aubaine» côté développement!

Source :

techno_2009_160px

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Les achats en ligne progressent malgré la crise

20090416-112932-gjpg

En février 2009, 21% des adultes québécois ont acheté pour 300 millions de dollars de produits et services sur Internet, révèle l’Indice du commerce électronique produit par le CEFRIO et l’agence Internet VDL2, en collaboration avec Léger Marketing. À titre comparatif, 15% des Québécois avaient acheté pour 268 millions de dollars de produits et services en ligne en février 2008.

«Ces résultats montrent clairement que le commerce électronique gagne en popularité auprès de la population québécoise, déclare Najoua Kooli, directrice de projet au CEFRIO. En fait, les cyberacheteurs sont plus nombreux mais plus économes: individuellement, ils ont moins dépensé sur Internet. Ainsi, la proportion d’acheteurs en ligne a bondi de 40% entre février 2008 et février 2009 alors que le panier d’achat moyen est passé de 308$ à 267$ au cours de cette même période, ce qui représente une baisse de 41$ par cyberacheteur.»

«L’Indice du commerce électronique mesuré en février 2009 confirme la tendance observée depuis décembre dernier : face à la crise, les Québécois se tourn

ent massivement vers Internet pour effectuer leurs achats, déclare Philippe Le Roux, président de VDL2. C’est une tendance forte que nos entreprises ne peuvent ignorer.»

Une mesure unique

Depuis l’été 2007, un millier d’adultes québécois sont sondés chaque mois sur leurs habitudes de consommation en ligne. L’Indice du commerce électronique au Québec mesure la proportion de Québécois qui réalisent des achats sur Internet et les montants qu’ils y consacrent chaque mois. Ces achats se font tant sur des sites marchands que sur des portails favorisant les transactions électroniques entre consommateurs (eBay, par exemple).

L’Indice du commerce électronique au Québec permet aux dirigeants québécois de prendre des décisions plus éclairées sur leurs stratégies d’affaires et aux économistes de mieux suivre ce phénomène, qui est sorti de sa marginalité pour prendre une importance croissante dans notre environnement commercial. Les résultats de l’Indice sont publiés mensuellement. Ces données sont aussi présentées sur les sites Web des partenaires: le CEFRIO et l’agence Internet VDL2.

Source :

techno-header-cyberactualites

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Explication des enchères d’Adwords

Trouver la meilleure combinaison Prix vs Qualité pour optimiser le prix que vous payez pour chacun de vos clics sur google Adwords ça vous intéresse? C’est grâce à ce petit vidéo de l’économiste en chef de chez Google que vous serez beaucoup plus informé avec la méthode de calcul des prix d’Adwords.

Vidéo Adwords

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

, ,

1 Comment

eMarketer’s Online Ad Spending Forecast (Anglais)

Recession-proof no more.

On Monday the Interactive Advertising Bureau (IAB) released its online advertising spending numbers for 2008.

For an advertising channel that many pundits had claimed—unlike its traditional counterparts, such as newspapers, magazines and television—was immune to the effects of the economic slowdown, the figures were not good news.

After years of soaring growth, online advertisers have started pumping the brakes.

The IAB report, based on a study conducted byPricewaterhouseCoopers (PwC), showed that online advertising growth was cut in half last year. US online advertising revenues grew only 11% in 2008 to $23.4 billion—the slowest rate of growth since 2002.

Moreover, the road ahead will be even slower.

According to eMarketer’s revised projections, released today, the rate of US online ad spending growth will halve again in 2009, falling to 4.5%.

As a result, eMarketer projects that in 2009 online ad spending will reach only $24.5 billion.

Previously, eMarketer had predicted an increase of 8.9% for 2009, with online ad spending reaching $25.7 billion.

David Hallerman, eMarketer senior analyst, does not look at the figures and see a glass half empty, however.

“Particularly in this economy, it has to be considered good times when US online ad spending reaches record highs,” says Mr. Hallerman, “as it did in Q4 2008 at $6.1 billion and as it will in 2009, at $24.5 billion.”

“Now that we’ve entered into the depths of the current recession, the Internet is emerging as one of the only bright spots in an otherwise decimated media landscape,” adds Geoff Ramsey, eMarketer CEO.

“It is true that the growth rate for interactive has slowed over the past 12 months, but marketers are continuing to migrate a greater percentage of their precious ad dollars toward the digital channel.”

Source :

emarketer_first_place2

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Wikia Search abandonné

wikiasearch-thumbJimmy Wales, le fondateur de l’encyclopédie en ligne Wikipedia, a décidé d’abandonner son projet de moteur de recherche Wikia Search.

Dévoilé en 2006, Wikia Search a été lancé officiellement l’année dernière. À l’instar du contenu de Wikipedia, les utilisateurs pouvaient contribuer à améliorer le moteur de recherche, notamment en attribuant des notes aux bons et mauvais résultats de recherche. Toutefois, contrairement à l’encyclopédie en ligne, dont le financement provient de dons, Wikia Search tirait ses ressources financières de la publicité.

Dans son blogue, Jimmy Wales a admis que la crise économique était l’élément déclencheur qui l’a forcé d’abandonner le projet. «Dans un contexte économique différent, nous continuerions de financer sans fin Wikia Search car c’est un projet qui me tient grandement à coeur, a-t-il écrit. Dans les prochaines années, je compte d’ailleurs y investir de nouveau mes énergies, que ce soit comme entrepreneur, donateur ou meneuse de claque.»

En août 2008, Jimmy Wales tenait un tout autre discours. Il parlait alors de Wikia Search comme du moteur de recherche qui allait mettre un terme à la domination de Google. «Aux États-Unis, 90% des recherches sont effectuées sur les sites de Google, Yahoo ou Microsoft, écrivait-il. Est-ce que nous voulons vraiment que tout le trafic, que tout le contrôle éditorial d’Internet passe par seulement une, deux ou trois entreprises?»

Source :

techno_2009_160px

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

NETendances se prononce sur l’utilisation d’Internet au Québec

logo_34997

Les résultats 2008 de l’enquête NETendances, réalisée annuellement depuis 1999, sont disponibles. On y apprend entre autres que la plupart des Québécois sont branchés sans fil et que les technologies Web 2.0 ont connu un certain recul. Plus encore, on note pour la première fois un certain plafonnement quant à la pénétration: on comptait au Québec 71,7% d’internautes en 2008 contre 71,4% en 2007.

Bien que seulement la moitié des Québécois soient branchés à l’Internet, la plupart s’y branchent sans fil. En effet, des 4,4 millions de Québécois qui naviguent sur l’Internet, 1,7 million le font via un périphérique sans fil. La grande majorité utilise une carte réseau sans fil (WiFi), et une minorité, 6,8%, utilise un téléphone cellulaire, un assistant numérique personnel ou un téléphone «intelligent» pour se brancher, dans la plupart des cas pour la consultation de courriels.

Aussi, les technologies dites 2.0 ont connu une baisse de popularité entre 2007 et 2008: alors que 26% des Québécois ont consulté un blogue en 2007, ils n’ont été que 19% à le faire en 2008. Seulement 5,5% des Québécois ont écrit sur leur blogue personnel, contre 8,3% en 2008. En 2007, 15% des Québécois ont téléversé leurs photos en ligne, contre seulement 9% en 2008. L’achalandage des Wikis a toutefois connu une hausse, de 19% en 2007 à 26% en 2008.

En 2008, 43% des Québécois ont réalisé leurs opérations bancaires sur Internet, contre 41% en 2007; il s’agit de l’activité la plus commune sur Internet au Québec. Aussi, 22% des Québécois ont acheté en ligne en 2008, ce qui ne serait pas étranger au fait que seulement 47% des Québécois jugent l’utilisation d’une carte de crédit en ligne «très ou assez sécuritaire.»

Quant à l’actualité, le Web arrive bon troisième au Québec, après la télé et la presse écrite. 24% des 18-34 ans ont toutefois adopté le Web pour s’informer. Ils privilégient d’ailleurs à 63% la communication par Internet.

Depuis 1999, 150 000 Québécois ont participé à l’enquête NETendances, réalisée par Léger Marketing pour le compte du CEFRIO, le Centre francophone de recherche en informatisation des organisations.

Source:

techno_2009_160px

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Google: Chrome montre ses muscles

google-chrome-browser-logojpgProbablement pour faire un peu d’ombre à Microsoft la journée du lancement d’Internet Explorer 8, Google a lancé Chrome Experiments, un site Web où les Internautes peuvent essayer des jeux et des applications montrant la puissance du moteur JavaScript de son navigateur Chrome.

La plupart des logiciels présentés par Google fonctionnent également sous IE8 et Firefox, mais pas forcément avec la même fluidité que celle offerte par Chrome. Google Gravity par exemple, montre une page d’accueil de Google où tous les éléments tombent dans le bas de l’écran. Si le mouvement du logo et du texte est très fluide dans Chrome, celui-ci est un peu saccadé dans Firefox 3.

Parmi les autres applications montrées par Google sur Chrome Experiment, notons Browser Ball, qui permet de faire bondir un ballon de plage d’une fenêtre du navigateur à une autre et DOMTRIS, une réplique du célèbre jeu Tetris.

Puisque certains de ces logiciels demandent beaucoup de puissance de la part de votre ordinateur, et qu’il requiert souvent Google Chrome pour pouvoir bien les faire rouler, Google a également ajouté une vidéo YouTube à chaque page qui montre ce que doit avoir l’air l’application lorsque celle-ci fonctionne correctement.

(Source: Chrome Experiments)

techno_2009_160px

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

C’était en 1989… L’idée du World Wide Web émerge

worldwidewebjpgCela fait maintenant vingt ans qu’un chercheur du Conseil européen pour la recherche nucléaire (CERN) a développé le premier projet de ce qui allait devenir, quelques années plus tard, le World Wide Web.

C’est le 13 mars 1989 que le chercheur britannique Tim Berners-Lee, exaspéré par le manque d’échanges de renseignements entre les différents chercheurs du CERN, a proposé à ses patrons de créer un meilleur système de communication.

«Les employés travaillent en moyenne deux années au CERN. L’arrivée constante de nouveaux employés exige beaucoup d’efforts de notre part afin qu’ils s’adaptent à leur environnement de travail, écrivait Tim Berners-Lee dans sa lettre. Or, à cause de ces changements fréquents dans le personnel, de précieux renseignements sur les recherches passées sont perdues.»

«Nous devrions donc créer un système de transmission de données universel dont la facilité d’utilisation serait l’élément le plus important», poursuivait le chercheur dans sa lettre.

Visionnaire, Tim Berners-Lee ajoutait: «Le but est de créer un endroit où il est facile de trouver tous les renseignements nécessaires sur un sujet en particulier. Il faudrait que ce système atteigne une masse critique où il y aurait tellement de données disponibles que [les chercheurs] auront de plus en plus envie de l’utiliser.»

Entre 1989 et 1991, Tim Berners-Lee et son collègue belge Robert Cailliau ont ensuite créé les bases de ce qui allait devenir le World Wide Web: les adresses Web, le Hypertext Transfer Protocol (HTTP) ainsi que le Hypertext Markup Language (HTML).

Le 30 avril 1993, le CERN a finalement annoncé que le World Wide Web pourrait dorénavant être utilisé par tout le monde, après que Berners-Lee et Cailliau eurent convaincu leurs patrons de le rendre accessible à tous. Cela a ouvert la voie à la nouvelle ère des télécommunications dans laquelle nous sommes.

Source:
techno_2009_160px

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Google: de la publicité encore plus ciblée

googleGoogle lance un nouveau système de publicité qui repose sur l’historique des visites des internautes.

Jusqu’à présent, l’entreprise proposait deux types de publicité. Le premier, AdWords, affichait de brefs messages sur la page de recherche adaptés à la requête. Le second, AdSense, permettait aux sites et aux blogues d’héberger un cadre dans lequel apparaissent des messages cohérents avec les sujets couverts par la page.

Désormais, il faudra compter avec le nouveau dispositif qualifié de “publicité comportementale”. “Nous allons associer au sein du navigateur des catégories d’intérêt – sport, jardinage, voitures, animaux, par exemple - en fonction des sites et des pages visitées. Nous pourrons ensuite utiliser ces catégories pour afficher des publicités mieux ciblées”, dit Susan Wojcicki, vice présidente de la gestion de produit de Google.

En clair, si une personne manifeste de l’intérêt pour la photographie au cours de sa navigation sur le web, de la publicité sur le sujet pourra s’afficher sur les sites ayant adopté ce nouveau procédé, peu importe le contenu de la page.

Cette nouvelle ne fait pas que des heureux, notamment chez les associations de défense des consommateurs, qui craignent que l’internaute soit traqué dans ses moindres “mouvements”. Google a cependant pris les devants en proposant de désactiver cette option dans les préférences publicitaires.

Source : par Vincent Matalon, Éditions Infopresse

infopresse

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Mozilla envisage son avenir sans Google

firefox-logojpgAvec l’arrivée de Chrome, le navigateur de Google, Mozilla, qui distribue le deuxième navigateur le plus populaire, Firefox, envisage l’avenir sans le support de son principal partenaire, rapporte BusinessWeek.

En 2007, Mozilla tirait 88% de ses revenus de son partenariat avec Google, pour un total de 75 millions de $ américains. En contrepartie, la Fondation s’est engagée à faire de Google l’engin de recherche par défaut dans son navigateur. Et si Google décidait de se passer de ce partenariat? «Firefox a plus besoin de Google que Google a besoin de Firefox, et ça ne fera qu’augmenter [avec la croissance de Chrome],» expliquait à BusinessWeek Ray Valdes, directeur de recherche chez Gartner.

Firefox pourrait évidemment se tourner vers un autre outil de recherche, et Mitchell Baker, la présidente de la Fondation Mozilla, est confiante. Et les usagers? Continueraient-ils à utiliser Firefox si Yahoo ou Microsoft étaient de la partie? Il s’agit là d’un gros enjeu.

Le créneau des appareils mobiles est relativement nouveau, et Mozilla pourrait facilement s’y tailler une place avec son navigateur Fennec, qui sera bientôt distribué avec certains appareils Nokia. Quoique Chrome, le navigateur de Google, soit déjà distribué depuis octobre sur certains appareils de T-Mobile.

Évidemment, la présidente de la Fondation Mozilla se fait rassurante, et espère pouvoir poursuivre la relation d’affaires avec Google. Le géant de la recherche aussi, se fait rassurant: «Nous sommes toujours de bons partisans de Firefox, qui a lancé plusieurs des innovations des dernières années en matière de navigateurs.»

techno_2009_160px

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Al Gore appuie le .eco

ecoLe groupe Dot Eco reçoit l’appui de l’ex-vice-président américain et prix Nobel de la paix Al Gore dans la requête du groupe pour l’obtention d’un nom de domaine .eco.

Dans le cadre d’une réunion de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) à Mexico, le groupe Dot Eco LLC qui milite pour la création d’un nom de domaine .eco, a annoncé hier avoir obtenu l’appui du prix Nobel de la paix et fondateur de l’Alliance pour la protection du climat, Al Gore.

Dans un communiqué publié sur son site, Dot Eco cite Al Gore qui déclare, «nous soutenons totalement Dot Eco LLC dans ses efforts visant à sécuriser par l’ICANN le nom de domaine .eco. Nous nous réjouissons de travailler avec Dot Eco LLC dans le futur pour la promotion du .eco. C’est une véritable opportunité pour l’Internet et l’ensemble du mouvement environnemental».

Dot Eco, qui prévoit déposer sa requête à l’ICANN au cours de l’année, souhaite que le nom de domaine .eco soit utilisé par des individus, des groupes ou des entreprises pour exprimer leur support à la cause environnemental ou pour faire la promotion d’initiatives pour l’environnement. Les frais d’enregistrements au nom de domaine .eco seront notamment utilisés pour financer la recherche sur les changements climatiques.

(SourceDot Eco)

techno_2009_160px

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

5 millions de $ pour le nom de domaine Toys.com

toys-r-us-imageLe détaillant de jouets et jeux ToysRUs a investi 5 100 000$ américains pour l’achat du nom de domaine toys.com. Il s’agirait de la plus grosse transaction en vue d’acquérir un nom de domaine pour 2009, la situation économique actuelle n’aidant en rien.

Le nom de domaine appartenait à Faculty Lounge, qui l’avait acheté aux enchères pour 1,25 million $ américains.

En 2007, le nom de domaine sex.com s’était vendu pour 14 millions $ américains et porn.com avait trouvé acquéreur à 9,5 millions $ américains.

Ces noms de domaines ont une grande valeur étant donné qu’ils se composent essentiellement des mots-clés les plus populaires dans les outils de recherche et que leur orthographe simple les rend très populaires.

Selon Ron Jackson, l’éditeur du Domain Name Journal, aux États-Unis, le nom de domaine seconde-main moyen s’est vendu 2688$ américains au quatrième trimestre de 2008, comparativement à 2788$ américains pour la même période en 2007.

(source: BBC News)

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

1 Comment

Les baby-boomers canadiens naviguent sur le NET d’abord pour les courriels

Les Canadiens âgés de 45 à 64 ans passent beaucoup de temps sur Internet, mais c’est d’abord et avant tout pour envoyer des courriels.

Selon un sondage de Léger Marketing pour le compte de Yahoo Canada, les baby-boomers naviguent sur Internet en moyenne 16 heures par semaine. Les Québécois sont en dessous de la moyenne nationale, y passant plutôt 12,5 heures. Plus de 9 répondants sur 10 (92%) ont dit qu’ils allaient sur Internet tous les jours.

Quand ils se connectent, c’est surtout pour échanger des courriels, dans 99% des cas.

Mais ils ne font pas que cela. Ils jouent à des jeux ou téléchargent du contenu vidéo. Un Canadien de 45 à 64 ans sur deux (48%) est même passé au web 2.0. puisqu’il visite blogues et médias sociaux comme Facebook ou MySpace.

Le sondage a été mené du 29 décembre 2008 à 5 janvier dernier auprès de plus de 2000 personnes. Sa marge d’erreur est de 2,2%.

Source:

affaires_2009_160px

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

L’iPhone domine la navigation web mobile

iphone_rogers-thumb-150x113jpgL’iPhone est la plateforme mobile la plus utilisée pour naviguer sur le web selon Net Applications.

Dans son rapport mensuel de part de marché dans le domaine de la navigation web par plateformes mobiles, Net Applications révèle qu’en février 2009, l’iPhone domine avec 67% de part de marché. Le reste de la tarte est partagée par six autres plateformes, soit Java ME (9,06%), Windows Mobile (6,91%), Android et Symbian (6,15%), Palm (2,37%), BlackBerry (2,24%) et Brew (0,51%).

Comme le souligne Net Applications dans son rapport, il s’agit pour Android d’une percée importante compte tenu du fait qu’Android n’est sur le marché que depuis le mois d’octobre 2008.

Par ailleurs, Net Applications révèle également que Google demeure le moteur de recherche privilégié par les utilisateurs de téléphone mobile. Enfévrier la part de marché du moteur de recherche était de 97,49% suivi loin derrière par Yahoo avec 2.03%.

Du côté des systèmes d’exploitation d’ordinateurs, Windows dominait toujours en février avec 88,42% des parts de marché, suivi par MAC (9,61%) et Linux (0,88%).

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Surfez plus efficacement avec Internet Explorer 8

logo_ie81

Recherche améliorée
Gagnez du temps dans vos recherches avec les résultats visuels provenant de votre moteur de recherche préféré.

Sécurité et confidentialité améliorées
Avez-vous besoin de surfer en toute discrétion, pour effectuer des achats de cadeaux par exemple ? Voulez-vous être mieux protégé contre les logiciels malveillants ? Avez-vous des inquiétudes quant à l’usurpation d’identité et votre confidentialité ? La dernière version de Windows Internet Explorer a été conçue pour vous protéger ces menaces éventuelles et davantage.

Performance améliorée
Internet Explorer 8 inclut de nombreuses améliorations de performances qui permettent de profiter d’une navigation Web plus rapide au moment où vous en avez besoin : au démarrage du navigateur, au chargement d’une page ou à l’ouverture d’un onglet par exemple.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments

Apple lance Safari 4 – le fureteur web turbo

whatsnew-hero-20090217

Apple a annoncé mardi 24 février la disponibilité de la version bêta (test) de Safari 4, nouvelle version de son navigateur Internet. Le fabricant américain mise sur la rapidité et le nouveau graphisme du logiciel pour se refaire une place sur le terrain des navigateurs, un marché encore largement dominé par le rival Microsoft.

Apple inaugure son communiqué en soulignant la performance de Nitro, le moteur de Safari 4. A en croire la marque à la pomme, cette nouvelle version est capable d’exécuter le code Javascript 4,2 fois plus vite que Safari 3. Il serait même trente fois plus rapide qu’Internet Explorer 7, le navigateur de Microsoft, et irait trois fois plus vite que Firefox, édité par la fondation Mozilla.

Parmi les nouvelles fonctionnalités, Safari 4 propose “Top Sites”, qui permet de visionner sur une seule page les vignettes des sites les plus visités, “Full History Search”, pour rechercher des mots-clés sur les titres, l’adresse ou le texte des pages récemment consultées, le “Cover Flow”, une option qui permet de feuilleter l’historique ou les signets, ou encore le “Tabs on Top” (optimisation de la navigation par onglets).

Avec moins de 2,5% de parts de marché Safari est le quatrième navigateur Internet en Europe. Il se situe loin derrière Internet Explorer (60%), Mozilla Firefox (31%) et Opera (5%). Il demeure toutefois plus utilisé que Google Chrome (environ 1% des visites).

La bêta de Safari 4 est disponible au téléchargement pour les utilisateurs de Mac OS X et Windows XP/Vista.

picture-3

Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Twitter

No Comments